Calliope-2018

Elle était là, assise sur son lit de feuilles dorées,

Et moi impassible, l’air hagard, j’ai buggé.

D’ordinaire, j’aurais continué de vaguer,

Mais cet après-midi-là, elle m’a interpellé :

Hey toi ! qu’as-tu perdu de si précieux

Pour que ton âme erre ainsi dans la canopée ?

Mais qui es-tu toi la femme au regard de feu ?

Je suis ta plus fidèle muse, appelle-moi Calliope.

Calliope ? Nous nous sommes déjà rencontrés ?

Oh que oui cher poète, il y a très longtemps…

Notre complicité dure depuis l’Antiquité,

Je ne peux pas tout te dévoiler de but en blanc.

Mais saches que j’ai toujours été à tes côtés

Nous venons de la même planète : « Unité ».

Pourquoi n’as-tu pas répondu à ma question ?

Toi qui sembles me connaître ne le sais-tu pas ?

Pour être honnête, j’ai perdu l’inspiration

Et je me demande bien ce que je fais ici-bas…

Cesses de te tourmenter guerrier de la lumière

Tu es venu sur terre pour éclairer de ta plume.

Combien faudra-t-il que tu casses de barrières

Pour ne plus être entre le marteau et l’enclume ?

Nourris-toi de ce que t’offre notre Terre-Mère

Qui de son sein t’abreuve d’intarissables sources.

Réjouis-toi du moindre bonheur même éphémère

Le souffle de la vie ranime d’abondantes ressources.

Tu es le fils du vent, deviens aussi léger que l’air

Médite en écoutant ruisseler l’eau des rivières.

Elle est là l’inspiration dans la nature qui t’as créé

Tu t’es perdu depuis le jour où tu t’en es éloigné.

Ce monde est artificiel, il est empli de terreur

Reviens vers l’essentiel et s’éloignera la peur.

N’écoute que ton cœur parce qu’il est juste,

Arrête de faire semblant d’écouter et entends,

Apprends à encaisser ce qui est injuste,

Ne te bats plus contre tes démons d’antan.

Wouah !

Merci à toi grande prêtresse de l’éloquence

De m’avoir apaisé par ta bienveillance.

Mais comment puis-je te remercier

Toi qui viens par tes mots de m’éclairer ?

Ne me remercie pas, je ne fais que mon devoir

Nous allons maintenant nous dire au revoir.

Allez va guerrier, accomplir ta mission

Va propager ta foi, la mêler à l’unisson.

Romain Boulmé « Suerte »

© Tous Droits Réservés-2018

Publié par romanitosuerte

Autodidacte, poète, auteur, photographe, généalogiste. J'aime l'art, j'aime le beau en général. Le beau n'est pas toujours là où l'on croit. Le beau est partout parfois même il se cache... Je suis fasciné par les génies, les cabossés, les pirates, les écorchés, ceux qui ont des bleus à l'âme avec un cœur empli de flammes !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :